• L’UDC Genève s’inquiète pour l’avenir des Suisses au chômage

    Imprimer

    L'initiative pour une immigration modérée a été refusée à 68,52 % par les Genevois. L’UDC Genève en prend acte. La crainte de la clause guillotine l’a certainement emporté et le peuple, aux prises avec la crise due au coronavirus, préfère maintenir le statu quo. L’UDC était seule contre tous et reste vigilante pour que ce résultat n'est pas  interprété comme un Oui à l’accord cadre. «Nous allons nous battre pour que la Suisse ne rentre pas petit à petit dans l’Union européenne. Nous respectons le vote de la population et avons des craintes pour celles et ceux qui sont au chômage ou qui vont tomber au chômage.»

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • La Suisse doit veiller à la survie économique de sa propre population

    Imprimer

    On ne peut exclure une crise économique consécutive à la pandémie, une vague de faillites, une hausse sans précédent du chômage et la fragilisation encore plus grande des indépendants qui sont déjà les sacrifiés de notre système social.

    La France et l’Italie figurent parmi les premières victimes économiques de la Covid-19. Beaucoup de travailleurs français et italiens prendront le chemin de la Suisse.

    La situation sur le marché de l’emploi suisse va devenir intenable, non seulement pour les salariés, mais aussi et surtout pour les indépendants et les petits entrepreneurs.

    La Suisse est certes un petit pays, mais indépendant, neutre et indépendant.

    Notre territoire est exigu et surpeuplé. Nos capacités d’absorption sont limitées. La Suisse a, elle aussi,  le droit de veiller à la survie économique de sa propre population.

    Il faut reconquérir notre souveraineté, notamment la gestion de notre politique migratoire.

    Voter OUI à l’initiative pour une immigration modérée.

    UDC - Genève

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le déséquilibre de la libre circulation ?

    Imprimer

    La Suisse a un marché de six millions de postes de travail et un bassin de recrutement d’une population de 450 millions d’Européens! Une telle distorsion démultiplie la concurrence et le dumping salarial. La libre circulation n’est pas favorable aux Suissesses et Suisses ! Depuis 2007 et, près d’un million d’immigrants, la progression de notre économie par habitant (PIB) a diminué de plus de la moitié de ce qu’elle était auparavant. Le pouvoir d’achat de nos citoyens a même diminué !

    Au cas où la Suisse reprendrait une autonomie et une indépendance sur son immigration, il serait peu probable que l’UE prenne des mesures de répression ou de boycott. L’accord de l’Organisation Mondiale du Commerce du 1972 garantie à nos entreprises une liberté de commerce. Les six autres accords du traité bilatéral I bénéficient aussi à l’UE.

    Nos échanges commerciaux sont largement favorables à l’UE. Le solde positif en faveur de l’EU entre le volume des importations et des exportations est de Fr. 35 milliards par année. La Suisse créée beaucoup d’emplois dans l’UE. En plus des 320'000 frontaliers, les produits et services européens exportés en Suisse génère entre 450’00 à 500'000 emplois.

    André Pfeffer

    Député UDC

    Lien permanent 0 commentaire