Pierre Maudet : victime ou cible ?

Imprimer

Le volet judiciaire ou l’éventuelle exclusion ne sont pas de notre compétence. Toutefois certaines pratiques « Genevoises » pourraient avoir une influence !

Durant des décennies, Taiwan invitait chaque année sept députés Genevois pour une semaine, tout frais payé. Les organisateurs étaient, pour l’immense majorité des voyages, les Partis de l’Entente ! Une autre de nos spécificités est « le fric » en politique. Lors d’une discussion durant une sortie sportive interparlementaire, j’avais appris que le budget annuel des Partis dans un « petit » canton romand se chiffrait en « poignets de milles ». A Genève et, pour le plus petit des Partis au GC, les dépenses annuelles dépassent largement Fr. 600'000 ! Evidemment les soutiens annuels de Fr. 100'000, plus Fr. 7'000 par député, tout comme une enveloppe pour un attaché parlementaire, sont unique à notre République. Pareil pour les très nombreux conseils de fondation ou d’administration, avec des représentants politiques pléthoriques et généreusement rémunérés !

L’UDC a souvent combattu M. Maudet, notamment pour « Papyrus. Cette opération, je l'avais combattu sur le fond, la forme et ligne par ligne. J'avais même recommandé au PLR-GE d'échanger ce Conseiller d'Etat avec son homologue vaudois, M. Broulis !

Mais beaucoup de députés, de tout bord, reconnaissent son engagement et efficience. La gestion chaotique de cette pandémie est édifiantes. Il y a eu un mélange entre la gouvernance ordinaire, l'état d'urgence et l'application d'ordonnance interne en fonction desquelles les pistes cyclables avaient été tracées durant la nuit ! L'application de l'Etat de nécessité posait de multiple problèmes, dont les Arrêtés fixant les règles pour les rassemblements où le Conseil d'Etat a exigé l'exact opposé entre se qu'il exige et se qu'il fait ! L’absence de capacité pour gérer des projets est également dramatique, y compris pour les réformes imposées par Berne (CPEG : deux injections en milliards + statu quo - RFFA : concerne Genève plus que quiconque + 15 ans de blabla pour un taux supérieur à VD et un ratage complet de la flexibilité, surtout pour la R&D)!

Le Conseil d’Etat est un radeau sans gouvernail et sans boussole. Peut-il se permettre de perdre son capitaine ?

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.