RFFA : Débâcle Socialo-PLR !

Imprimer

Comment est-il possible de présenter un projet aussi mauvais ? L’importance de cette réforme est connue depuis au-moins 15 ans ! Les impôts versés par ces 1'500 sociétés et de ses collaborateurs représentent environ de Fr. 1,1 milliards ! L’enjeu de cette votation concerne plus de 60'000 emplois ou 1/4 des salariés Genevois !

David Hiler, ancien Conseiller d’Etat VERT, proposait déjà un taux unique de 13 % (et non 13,99% ou, en cas de refus, 24,2 % !). Deux législatures plus tard (un magistrat PDC + une magistrate PLR), le canton de VAUD possède un taux de 13,79 % (dès 1.1.2019 !) et les Genevois se retrouvent avec un paquet non-ficelé indigeste !

L’absence de réaction et le manque de courage de notre Conseil d’Etat nous amène dans une situation critique. Aucune réforme n’a été entreprise depuis des années. Lors des 5 derniers exercices les dépenses publiques ont augmentés de Fr. 800 millions (7,8 à 8,6 milliards de 2014 à 2019). Le budget « de gauche » de l’actuelle période a même bénéficié d’un cadeau supplémentaire de 25 millions pour obtenir le soutien de l’Ensemble à Gauche !

Plus personne pense que ce Conseil d’Etat est capable de maîtriser ou de stopper les dépenses !

Est-ce que Genève devait suivre le modèle ou « paquet ficelé » de la RFFA-CH ?

La perte de Fr. 2 milliards annoncée par Berne concerne très marginalement la caisse fédérale ! Pour l’essentiel, ce trou sera assumé par les cantons et les communes.

Le geste généreux de Fr. 2 milliards pour l’AVS sera essentiellement payé à l’aide d’une augmentation des déductions sur les fiche de salaire.

Malheureusement la situation est totalement différente à Genève. La perte pour le volet RFFA cantonal est de Fr. 186 millions pour l’Etat et de Fr. 46 millions pour nos communes. A cela s’ajoute, à condition que nos contribuables acceptent le contre-projet, un cadeau de Fr. 186 millions.

Tous ces millions de manco ou de dépenses supplémentaires totalisent Fr. 418 millions !

Si les Genevois devait choisir l’initiative 170 (la prime n’excède pas 10 % du revenu), la facture s’alourdirait de Fr. 260 à 270 millions ! Vu que notre gouvernement n’a rien entamé pour arrêter l’envolé des coûts de la santé, … il n’est pas impossible que nos concitoyens le sanctionnent !

Dernier élément non négligeable ; le prélèvement des 0,07 % sur les salaires pour créer environ 550 places d’accueil ou de garderie est un impôt et non une déduction pour des prestations sociales comme toutes les autres ponctions existantes ! Si le but du financement est peu contesté, il faut absolument éviter une dérive « à la française » et de  charger les fiches de salaire avec une multitude de taxes et d’impôts !

Cette réforme capitale et vitale pour nos entreprises était annoncée depuis plus d’une décennie. Comme d’habitude, Genève entreprend tout au dernier moment et fournit un travail bâclé !

Quel gâchis.

André Pfeffer

Député UDC

Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.